LIVRES

Dans ces 9 pages,
retrouvez tous les livres de Denise Anne Clavilier
déjà parus ou à paraître


L'auteur présente ses livres
au festival Tangopostale
le 4 juillet 2015
à la librairie Ombres Blanches (Toulouse)
Animation : Solange Bazely

(prise de son sur le vif, avec quelques bruits d'eau intempestifs :
la rencontre s'est tenue sous la canicule)

Marque pages virtuel Denise Anne Clavilier

Le Tango, son histoire et sa poésie

Barrio de Tango, recueil bilingue de tangos argentins
Editions du Jasmin, mai 2010 (page 2)

Deux cents ans après, le Bicentenaire de l'Argentine
à travers le patrimoine littéraire du tango argentin
Tarabuste Editions, janvier 2011 (page 3)

Le Lutin de Montevideo à Buenos Aires, hommage à Horacio Ferrer,
revue Triages
Tarabuste Editions, juin 2008 (page 4)

- Tango Negro, de Juan Carlos Cáceres,
traduction et commentaires Denise Anne Clavilier
Editions du Jasmin, avril 2013 (page 5)



L'histoire de l'Argentine

- San Martín, à rebours des conquistadors, collection Signes de Vie,
Editions du Jasmin, décembre 2012 (page 6)

- San Martín par lui-même et par ses contemporains, hors collection
Editins du Jasmin, mai 2014 (page 7)


 

Le folklore et la culture rurale

Contes animaliers d'Argentine, collection Contes d'Orient et d'Occident
Editions du Jasmin, juin 2015 (page 8)


 

Comment vous procurer ces ouvrages en Europe
Donde comprar estos libros en la Argentina

(page/página 9)
Además: Los libros de Denise Anne Clavilier en bibliotecas argentinas
 


 

A paraître fin 2017 :

Francisco de Miranda (1750-1816) - héros des trois révolutions
Revue du Souvenir Napoléonien, Paris
cf. Conférences

De próxima publicación:

Nuevos documentos históricos sobre San Martín
Fuentes europeas de lengua francesa

en
Actas del Congreso Internacional de Historia de Mendoza
Bicentenario de la Gobernación-Intendencia del General San Martín en Cuyo 

Instituto Nacional Sanmartiniano
Buenos Aires, República Argentina

Sobre este congreso (septiembre del 2014)
ver Barrio de Tango

A paraître à une date encore indéterminée
Communication délivrée en espagnol
au Congrès international d'Histoire de Mendoza (septembre 2014)
Apports originaux sur José de San Martín - sources francophones inédites en Argentine
cf. San Martín par lui-même et par ses contemporains (Ed. du Jasmin)
Editeur : Institut National Sanmartinien de la République argentine (2015)

 

Le tango, son histoire, sa poésie

bdt-1ere-de-couv.jpg

 

Barrio de Tango, recueil bilingue de tangos argentins
Edtions du Jasmin - mai 2010
384 pages - 24,90 Euros
(Couverture Jorge Muscia - Ciro Jeobas) 

 

Univers d'idées noires et de petits éléphants rose, de bourgeois noceurs et de faubourgs en grève, de couteaux chatouilleux et de cœurs dépités, de flaques, de fleurs et d'étoiles, le tango reflète la réalité sociale et métissée de Buenos Aires au fil de son histoire. Aujourd'hui il s'épanouit dans les cafés de l'avenue Corrientes comme hier dans l'effervescence de la bohème nocturne. Au-delà de la danse et de la musique, ce livre invite à une promenade poétique dans la capitale argentine auquel le tango est si intimement lié depuis sa naissance.

Deux cents trente-et-un tangos de quatre-vingt-seize auteurs, en espagnol et en français, dans et avec leur contexte, leurs non-dits et leurs sous-entendus, depuis 1916, année symbolique du premier tango-canción, jusqu'à aujourd'hui.


Extrait du livre : La Puñalada
Interlude sonore en français de RAE (Radio Nacional Argentina)
Lectrice : Denise Anne Clavilier

La postface est d'un ami poète, Luis Alposta, de l'Academia Nacional del Tango de la República Argentina, partenaire de Daniel Melingo, Edmundo Rivero et Osvaldo Pugliese.

La couverture, en fileteado, style ornemental propre à Buenos Aires, est d'un autre ami, le peintre Jorge Muscia, membre lui aussi de l'ANT. Elle représente Aurora Lubiz et Luciano Bastos, qui ont gracieusement cédé cette photo, fondue par le Maestro Muscia dans un ciel où brille la Croix du Sud, constellation cruciforme très repérable dans l'hémisphère australe et qui, pour les Argentins, symbolise leur pays...


Extrait du livre : Chorra
Interlude sonore en français de RAE
Lectrice : Denise Anne Clavilier

Un disque Melopea de 22 pistes est offert avec le livre grâce au partenariat avec Litto Nebbia.

bdt-4eme-de-couv.jpg

 

Le tango ou la réussite de l'intégration multiculturelle

 

C'est au début de la décennie 1880-1890 que le phénomène du tango a pris corps et au milieu des années 1910, alors que l'Argentine s'était repliée sur sa neutralité, une poignée de poètes, nés dans les faubourgs, entreprit de bâtir un répertoire original. En donnant un statut littéraires aux particularismes locaux et identitaires, ils allaient assurer l'universalité paradoxale du genre.
L'émergence du tango coïncide en effet avec les premières années de la Grande Immigration : une foule de déshérités et de déclassés, fuyant une Europe accablée par la surpopulation et une crise endémique sur plusieurs décennies, décupla le nombre d'habitants dans la capitale en moins d'un demi-siècle. C'est ainsi que le tango est aussi contemporain du lunfardo, à l'origine un parler plébéien et babélien bricolé dans la promiscuité du port de Buenos Aires et des taudis qui poussent comme des champignons dans les quartiers sud. De nos jours, on l'entend dans la bouche de certains patriciens, en plein exercice de leurs fonctions de représentants du haut patronat. A mesure que la langue vernaculaire s'éloigne de l'espagnol péninsulaire, ce qui fut le très décrié lunfardo tend à s'installer comme idiome national.
Pour rassembler ces hommes décidés à se bâtir un avenir commun malgré les piètres conditions de vie trouvées sur place, le tango a fait office de ciment socio-culturel pendant cinquante ans. Comment s'étonner que trente ans après le retour à la constitutionnalité démocratique, le tango ait réinvesti les grands centres urbains et soit redevenu un vecteur de l'élaboration de l'identité nationale, tandis que la musique du folclore joue ce même rôle dans les zones rurales et que l'historiographie le tient pour tous les Argentins, où qu'ils vivent sur l'immense territoire du Cône Bleu.
En septembre 2009, Buenos Aires et Montevideo ont obtenu conjointement l'inscription du tango au Patrimoine culturel immatériel de l'Humanité.


Extrait du livre : Balada para un loco
Interlude sonore en français de RAE (Radio Nacional)
Lectrice : Denise Anne Clavilier

Pour en savoir plus...

Lire les articles de présentation dans Barrio de Tango (le blog)
Voir également les articles parus dans la presse
Consulter les propositions de conférences sur le tango et son histoire
et les idées de voyage pour découvrir Buenos Aires, son histoire, sa culture
Vous reporter à l'interview de Denise Anne Clavilier dans Carnet nomade de Colette Fellous,
sur France-Culture (décembre 2011 - l'audio n'est plus disponible en ligne)

Télécharger la fiche descriptive la fiche descriptive à l'intention des libraires

200-ans-apres-1ere-de-couv.jpg

 

Deux cents ans après
le Bicentenaire de l'Argentine
à travers le patrimoine littéraire du tang
o

Tarabuste Editions - janvier 2011
140 pages - 20 Euros
avec le soutien du Centre National du Livre

(Couverture : photo archives familiales Pandelucos) 

 

Un choix de cent six textes, inédits en France, rassemblant en un seul volume trois générations d'auteurs, tous les dix nés entre 1930 et 1980, pour composer un panorama de la poésie populaire des cinquante dernières années à Buenos Aires, publié au moment où l'Argentine lançait les célébrations du Bicentenaire de son indépendance, lentement construite à partir de la Révolution de Mai 1810.

C'est en effet un peu de l'histoire de ce pays que retrace Deux cents ans après, n° spécial 2010 de la revue Triages, avec la tragédie des bébés ravis à leurs parents, eux-mêmes exécutés par la Dictature, pour être confiés en adoption falsifiée à des sbires du régime et recherchés aujourd'hui par l'ONG Grands-Mères de la Place de Mai (Abuelas de Plaza de Mayo), l'évolution et l'urbanisme dans la capitale, le football et ses rites, l'inflation et la Bourse, la corruption et l'exil, les effets de la mondialisation, de la télé et d'Internet...
Sans oublier les figures tutélaires et mythiques que sont Don QuichotteCarlos Gardel, les époux Perón et Diego Maradona...

sommaire-200-ans-apres-tarabuste-ed-triages-2010.jpg

 

Et Alorsa en vedette avec son candombe Ezeiza
précédé d'une glosa (texte récité)

 Jorge "Alorsa" Pandelucos est décédé le 31 août 2009. Il était un ami très cher.
Deux cents ans après est dédié à sa mémoire. 

Un hommage lui a été rendu au festival Tangopostale
à Toulouse, le 4 juillet 2015, à la librairie Ombres Blanches
par Denise Anne Clavilier et Vanina Steiner,
rédactrice en chef de la revue Tinta Roja
modératrice : Solange Bazely


Le son est pris sur le vif et sous la canicule
Des bruits d'eau viennent donc agrémenter les propos tenus.

Pour en savoir plus

Lire les articles de présentation dans Barrio de Tango
Voir également les articles parus dans la presse
Consulter les propositions de conférences sur le tango et son histoire
et les idées de voyage pour découvrir Buenos Aires, son histoire, sa culture

triages-n-20-juin-2008-couv-basse-res.jpg

 

Le Lutin de Montevideo à Buenos Aires
hommage au Maestro Horacio Ferrer pour ses 75 ans
Revue Triages, n° 20, juin 2008, Tarabuste Editions
cahier de 15 pages (sur un total de 150) - 23 Euros

 

Que faire pour parler de l'immense diversité du tango lorsqu'en février 2008, un éditeur offre à un auteur quinze pages dans une des revues les plus prestigieuses du monde littéraire et poétique en France et qu'il faut rendre ces pages avant le bouclage fin avril ?
Le poète uruguayo-argentin Horacio Ferrer, partenaire privilégié d'Astor Piazzolla avec lequel il signa quelque deux cents chansons, un livret d'opérette et deux de cantate profane, s'apprêtait alors à fêter ses soixante-quinze printemps, bien qu'il soit né un 2 juin, ce qui est le début de l'hiver à Montevideo. Dans le monde du tango, l'homme est une légende vivante. Touche-à-tout de génie, il a renouvelé le répertoire du tango à texte dans les années 70, collecté et classifié des milliers de documents historiques sur le genre qui, sans lui, auraient été perdus, écrit d'innombrables essais, monographies, manifestes et biographies, dont l'indispensable El Libro del Tango, un dictionnaire en trois volumes, de neuf kilos au total ! Dernière branche à sa couronne de laurier : en juin 1990, Horacio Ferrer a réussi l'exploit d'instituer à Buenos Aires une Académie nationale, dépendant du ministère de l'Education : la Academia Nacional del Tango de la República Argentina. Tout cela méritait bien qu'il fût un peu connu pour lui-même et pour son talent dans notre francophonie, malgré les particularités de son écriture qui font souvent reculer les traducteurs : jeux de mots à foison, néologismes en veux-tu en voilà, incessante inventivité dans l'emploi du lunfardo, ce langage né vers 1880 dans le port de Buenos Aires, métaphores saisissantes et toujours inattendues...

Les onze textes (sonnets, poèmes en vers libres ou chansons) qui constituent cet hommage ont été retenus pour leur caractère autobiographique et sont présentés dans les deux langues face à face, la version originale et la traduction en français. On l'y voit donc rappeler le souvenir de sa mère dans la trivialité d'un petit-déjeuner qu'il métamorphose en conte de fées, pleurer la disparition précoce de son père, déclarer son amour à Lulú, sa femme, avec une ode à ses souliers en chevalier servant d'une nouvelle Cendrillon, célébrer l'amitié avec le poète Homero Expósito, les compositeurs Aníbal Troilo et Astor Piazzolla dans le deuil qu'il a ressenti à leur "départ en tournée" et nous raconter ce que c'est qu'Exister sur les rives d'un Río de la Plata dont il se sent l'inépuisable explorateur langagier de Montevideo à Buenos Aires et de Buenos Aires à Montevideo...

Horacio Ferrer récitant Existir et interprété sans musique
par deux très grands danseurs, père et fille, Juan Carlos Copes et Johana Copes

tango-negro-1couv.jpg

Tango Negro, de Juan Carlos Cáceres
traduction et commentaires de Denise Anne Clavilier
Editions du Jasmin, avril 2013
236 pages - 24,90 €
(couverture : tableau original de Juan Carlos Cáceres) 

Cet ouvrage, initialement publié en espagnol à Buenos Aires chez Planeta Argentina en juin 2010, est un manifeste militant et passionné sur les racines afro-américaines du tango. Son auteur, le musicien et peintre argentin Juan Carlos Cáceres, qui a consacré toute sa vie à la recherche de ces racines enfouies jusqu'à une date récente dans le silence et le déni d'une certaine Argentine officielle, le destinait alors au public argentin.
A côté d'une analyse très fouillée des caractéristiques musicales du tango et de ses liens historiques, esthétiques et techniques avec les autres genres afro-américains (ragtime, jazz, musique cubaine, musique brésilienne...), l'auteur n'hésite pas à entrer dans des polémiques sur les grands épisodes qui ont façonné l'Argentine actuelle, ce qui aurait pu se révéler un obstacle considérable pour le lecteur européen peu au fait du passé sud-américain et des querelles idéologiques dont il fait l'objet hier et aujourd'hui.
Dans la version française paru le 17 avril 2013, des commentaires en fin de volume situent donc les propos dans leur contexte politique et culturel ainsi que dans l'histoire et l'historiographie argentine.
Pour une première approche du livre, on peut se reporter à cet article, paru le 26 juin 2010 dans Barrio de Tango et qui reprend et commente une interview donnée par Cáceres à un quotidien de Buenos Aires.

Jean Carlos Cáceres était né en 1936 à Buenos Aires.
Il est décédé en région parisienne le 5 avril 2015.
Il vivait en France depuis 1968.

Pour aller plus loin...
Télécharger la fiche descriptive la fiche descriptive à l'intention des libraires. 

tango-negro-4eme-de-couv.jpg

 

Pour illustrer la thématique de l'ouvrage, voici la milonga-candombe Pena Mulata, de Sebastián Piana (musique) et Homero Manzi (paroles), créée en 1940, ici dans un arrangement du groupe La Biyuya, enregistré le 9 juin 2012, dans le cadre de la présentation de son nouveau disque, Desde el otro lado del Puente. La Biyuya avait rassemblé sur scène différents éléments-clés de la culture populaire du Río de la Plata : musiciens dans une formation atypique (c'est-à-dire sans piano, ni violon, ni contrebasse ni bandonéon), voix humaine (celle de la chanteuse et compositrice Marina Baigorria), marionnettes et danseurs de tango...

 

 

Histoire de l'Argentine

San Martin à rebours des conquistadors.jpg
 

San Martín, à rebours des conquistadors
Editions du Jasmin - collection Signes de Vie - décembre 2012
216 pages - 16 euros
(Couverture : Juliette Laude) 

 

Les conquistadors avaient asservi.
Il a libéré.

Né en Amérique, éduqué en Espagne où il fut un brillant officier, notamment pendant la guerre d'Indépendance contre les troupes napoléoniennes, José de San Martín (1778-1850) retourna en 1812 sur sa terre natale, alors Provinces-Unies du Río de la Plata, où la vice-royauté avait été abolie le 25 mai 1810. Révolutionnaire dans l'âme, indéfectible partisan des droits de l'Homme, profondément cultivé, il libéra de l'Ancien Régime l'Argentine, le Chili et le Pérou et leur assura l'indépendance.

Nouvel Hannibal, il vainquit les Andes et, pour que son immense prestige militaire, qui égalait celui de Napoléon, n'asservisse pas les nouveaux Etats, il renonça au pouvoir au sommet duquel il avait été placé par les habitants de Lima.

Refusant de "dégainer son sabre contre ses frères américains" dans un continent libre de jure mais partout en proie à la guerre civile, il se résolut à l'exil en 1824. Dans la probité et la discrétion de son séjour en Belgique puis en France, il a donné l'exemple de la dignité, de l'amour du savoir et de l'humanisme.

Veuf inconsolé, père d'une fille unique, grand-père attendri de deux jeunes demoiselles, il est mort à Boulogne-sur-Mer, un après-midi d'été maussade. La maison où "il est passé à l'éternité" est aujourd'hui un musée argentin sur les côtes françaises : la Casa San Martín.

Dans son pays natal, il n'est pas de ville qui n'ait son artère San Martín, pas de province qui n'ait sa ville baptisée de son nom ou de l'un ou l'autre de ses titres... Il est le personnage central de l'identité du pays et a été rapidement élevé au rang de mythe fondateur : sa vie, historique puis sublimée par le récit national, offre aux Argentins des clés pour comprendre leur pays et elle constitue une source d'inspiration, un modèle à suivre. Dans ces deux ouvrages, l'auteur a adopté une lecture critique et historique des événements tout en prenant en compte toute la valeur du mythe dont chaque pays a besoin pour se construire et se projeter dans le monde.

Couv 4 San Martin rebours mai 2014

José de San Martín, un chef qui paye de sa personne

L'une des singularités de San Martín est sa légende officielle. A l'inverse de ce qui s'est passé pour Washington, Napoléon, Toussaint-Louverture et même pour Bolívar, elle a été forgée par des politiques qui étaient largement en désaccord avec son sens institutionnel, son refus de prendre parti dans la guerre civile et son ouverture d'esprit sur les questions sociales. Ils en ont fait un général martial et belliqueux, presque dénué d'humanité, étroitement argentin, arrosant le pays de ses victoires épiques. Cependant cette statue d'airain sonne creux et elle sonne faux.
Pour lui donner un peu de consistance, la rumeur publique a inventé toutes sortes d'anecdotes apocryphes qui sont devenues de véritables croyances difficiles à extirper et pour comble de malheur, cette figure factice a offert aux différents putchistes qui allaient malmener le pays de 1930 à 1983 une soi-disant légitimité.


A la mort de San Martín en 1850 pourtant, ceux qui l'avaient connus gardaient le souvenir enthousiaste d'un homme affable, drôle, discret, inventif, cultivé, à la fois exigeant et bienveillant, fidèle en toutes circonstances à ses valeurs éthiques, un travailleur assidu doté d'une autorité naturelle et d'une empathie sincère envers tous ses interlocuteurs, quelle que soit leur condition sociale, l'un des rares politiques, sinon alors le seul qui fûit enclin à toujours rechercher le consensus dans un pays travaillé par la guerre civile.
Ce qu'ils décrivaient, c'était un organisateur hors pair, tirant profit des maigres ressources dont il disposait, expliquant sans relâche le sens des sacrifices qu'il demandait et s'imposait d'abord à lui-même, allant débusquer chez les personnes les plus inattendues, du manœuvre obscur au juriste érudit en passant par le vagabond vivant de chapardages, des compétences cachées qu'il les conduisait à mettre au service du bien commun. Malgré l'effroyable pénurie de ce temps, il encouragea le savoir, le droit, l'agriculture et la manufacture et su ainsi donner son essor à la province désolée dont il était le gouverneur (1814 - 1816).
Eux, ses compagnons d'armes, parlaient d'un homme qui acceptait volontiers les conseils et n'hésitait pas à les solliciter pour éclairer son jugement, tout en restant maître de ses décisions, d'un abolitionniste pragmatique de la torture et de l'esclavage, d'un général qui partageait les modestes conditions de vie de ses officiers, refusant les récompenses somptuaires qu'il était d'usage d'accorder aux vainqueurs et les cérémonies fastueuses dont il eût sans peine été le héros adulé.
Après la spectaculaire victoire de Maipú (1818), une anecdote parcourut toute l'Amérique du Sud
 : pour échapper à l'entrée triomphale qu'on lui préparait sur la grand-route de Buenos Aires, le général San Martín avait pénétré nuitamment dans la ville et, sans rencontrer âme qui vive, avait gagné son logis et retrouvé son épouse et leur fillette de deux ans...

Dans leurs jeunes démocraties encore tâtonnantes, les Sud-Américains redécouvrent peu à peu l'œuvre politique de ce fondateur de leur indépendance. Quant à nous, dans notre Europe bousculée par la mondialisation et l'argent-roi qui tend à dominer l'économie dite réelle et jusqu'aux usages démocratiques, nous pourrions puiser dans son exemple quelques pistes pour remettre l'homme au centre, dans le monde du travail comme dans l'univers politique.

"Au fond des victoires d'Alexandre, on retrouve toujours Aristote"
Charles De Gaulle, Vers l'armée de métier, 1934

Pour aller plus loin

Lire les articles de présentation dans Barrio de Tango, y compris ceux publiés pour le lancement de San Martín par lui-même et par ses contemporains. Ces articles en ligne comprennent la publication avec traduction originale en français de quelques autres documents historiques
Voir également les articles parus dans la presse
Consulter les propositons de conférences de Denise Anne Clavilier sur l'histoire de l'Argentine
et les idées de voyage sur les pas de San Martín
Ecouter les interviews données à partir de 2012 en français sur Radiodifusión Argentina al Exterior (avec Magdalena Arnoux)
Notas radiales en castellano

Ce livre et son complèment, San Martín par lui-même et par ses contemporains (page suivante), ont valu à l'auteur le titre de Correspondante en France de l'Académie sanmartinienne, une institution rattachée à l'Instituto Nacional Sanmartiniano (à Buenos Aires).

Télécharger la fiche descriptive la fiche descriptive à l'intention des libraires.

Conférence donnée le 28 novembre 2015 (en français)

Pour les lecteurs hispanophones - para los lectores hispanohablantes
la conférence de Denise Anne Clavilier à Buenos Aires, le 2 septembre 2014, en compagnie de l'historienne argentine Fabiana Mastrangelo
charla de Denise Anne Clavilier con la Profesora Fabiana Mastrangelo en Buenos Aires el 2 de septiembre del 2014


1ère partie


2nde partie

ou rendez-vous sur les pages Conférences

San martin par lui meme et par ses contemporains couv1 bis

San Martín par lui-même et par ses contemporains
Editions du Jasmin - mai 2014
Réédition en novembre 2016

384 pages - 24,90 euros
(Couverture : Denise Anne Clavilier, d'après Návez)

Après une première biographie tout public en français, San Martín à rebours des conquistadors, dont le format court interdisait de citer les sources et par conséquent de faire entendre l'homme de chair et d'os qu'il fut, l'auteur a souhaité permettre au lecteur européen d'accéder à une petite partie de la documentation consultée pour construire le premier ouvrage, une documentation qui nous révèle de l'intérieur une personnalité attachante et d'une grande densité humaine.

San Martín par lui-même et par ses contemporains est donc une anthologie de documents historiques, strictement contemporains du général né en 1778 et décédé en 1850.
Le livre présente son action et sa personnalité dans la multiplicité des points de vue, le sien, ceux de ses collaborateurs, de ses amis, de ses intimes ainsi que ceux de ses adversaires et dans une grande variété de genres (correspondance privée et officielle, décrets, ordres du jour, proclamations, discours, souvenirs, carnets de voyageurs, articles de presse, etc...). Les documents sont présentés dans leur langue originale (espagnol, anglais ou français), les textes en espagnol et en anglais étant imprimés sur deux colonnes, pour l'original et pour la traduction en français moderne. Eu égard au fait que le personnage comme les événements sont fort peu connus, pour ne pas dire inconnus, du public francophone, l'ordre qui structure l'ensemble est celui des événements eux-mêmes. De sorte que le lecteur non universitaire peut lire l'ouvrage comme il lirait un roman épistolaire et l'historien le consulter comme une source documentaire.
Des notes en bas de page permettent d'éclairer des allusions politiques ou culturelles et des faits linguistiques significatifs.

San martin par lui meme couv2e editions
Couverture de la réédition de novembre 2016
Cliquez sur l'image pour lire les textes

Le recueil comporte cent cinquante documents distincts, qui vont du 1er juillet 1789 (premier écrit connu de la main du jeune don José) à novembre 1850 (décret du président péruvien ordonnant les honneurs funèbres à rendre au Fondateur de la Liberté du Pérou). Il se complète de deux annexes, un ensemble de trente-sept articles de La Gazette de Lausanne sur l'action de San Martín dans la guerre d'indépendance sud-américaine de juin 1817 à avril 1824 et des larges extraits d'un essai que le futur président argentin Domingo Faustino Sarmiento (1811-1888) consacra, à Paris et en français, en 1847, à l'œuvre politico-militaire de José de San Martín et Simón Bolívar, documents dont aucune étude n'avait encore été publiée ni en Europe ni en Amérique.

L'ouvrage présente la singularité de rassembler pour la toute première fois en un seul volume les textes essentiels, qui plus est dans leur langue originale, l'auteur recherchant l'efficacité didactique vis-à-vis d'un public qui a tout à découvrir du personnage.
L'ouvrage a été présenté avec succès en Argentine par son auteur en septembre 2014, au Centro Cultural de la Cooperación Floreal Gorini à Buenos Aires et au congrès international d'histoire organisé à Mendoza par l'Institut National Sanmartinien et le Ministère de la Culture de la Province de Mendoza dans le cadre des manifestations du Bicentenaire du Gouvernorat de San
 Martín à Cuyo 2014-2016.

Couv 4 san martin par lui meme

Au printemps 2014, le livre a donné lieu à une souscription dont la campagne de communication peut être consultée sur ce site sous le lien. Elle présente les auteurs des documents et un certain nombre des hauts-faits de cette vie palpitante.

Pour aller plus loin

Lire les articles de présentation dans Barrio de Tango
Ecouter les interviews en français (Radiodifusión Argentina al Exterior avec Magdalena Arnoux)
et en espagnol (RFI et RAE) - notas radiales (conducción: Leonardo Liberman, Darío Burztyn por RAE y Jordi Batallé por RFI)

Télécharger la fiche descriptivela fiche descriptive à l'intention des libraires.

Conférence donnée en français le 28 novrembre 2015

Pour les lecteurs hispanophones -  para los lectores hispanohablantes
la conférence de Denise Anne Clavilier, à Buenos Aires, le 2 septembre 2014, en compagnie de l'historienne argentine Fabiana Mastrangelo
charla de Denise Anne Clavilier con la Profesora Fabiana Mastrangelo en Buenos Aires el 2 de septiembre del 2014


1ère partie


2nde partie
ou rendez-vous sur les pages Conférences.

Cette anthologie et la biographie qui lui est associée, San Martín à rebours des conquistadors (page précédente), ont valu à l'auteur le titre de Correspondante en France de l'Académie sanmartinienne, institution rattachée à l'Instituto Nacional Sanmartiniano à Buenos Aires).

Contes animaliers d'Argentine

Contes animaliers d'Argentine
Editions du Jasmin - Collection Contes d'Orient et d'Occident - juin 2015
126 pages - 12,90 €
Couverture et illustrations : Jimena Tello

Contes animaliers d'Argentine est un recueil de dix-huit contes issus de la tradition orale des campagnes argentines. Ils émanent de dix-sept des vingt-quatre Provinces qui composent la République Argentine.

L'auteur a trouvé sa matière dans une grande somme de dix volumes qui rassemblent des contes enregistrés auprès des conteurs eux-mêmes dans tout le pays pendant plus de vingt ans, des années 1950 aux années 1970, puis retranscrits tels qu'ils ont été saisis sur le vif par la philologue et folkloriste Berta Elena Vidal de Battini (San Luis, 1900 - Buenos Aires, 1984). Ils ont été sélectionnés pour leur capacité à présenter au lecteur francophone les paysages, la faune, la flore et l'histoire du peuple, souvent occultée, des différentes Provinces : révolte des peuples originaires contre le conquérant espagnol du XVIe au XVIIIe siècle, lutte armée des paysans pour l'indépendance argentine dans les années 1810-1820, répression des gauchos par la République Conservatrice dans la seconde moitié du XIXe siècle, heureux souvenir des Missions jésuites en pays guarani le long du fleuve Uruguay pendant cent-cinquante ans jusqu'à l'expulsion de la Compagnie de toutes les Espagnes en 1767 ou son exact contraire, que furent successivement la Campagne puis la Conquête du Désert qui virent les Mapuches massacrés par les Blancs dans la Patagonie des années 1830 puis 1870.

Ces contes témoignent aussi du caractère profondément métissé de la culture rurale argentine qui mêle le fonds des fables d'Esope passé par le moule espagnol, les fabliaux de la Péninsule, le Roman de Renard, les traditions des différentes ethnies précolombiennes ainsi que les modes de vie de l'Amérique coloniale puis indépendante.

Contes animaliers d argentine table

Le travail littéraire a consisté à faire passer en français l'esprit de ce matériel, avec le moins de perte possible, bien qu'il ait été impossible de rendre les jeux de langage dont les originaux fourmillent. Il a ensuite fallu structurer le récit pour un lecteur (et non plus un auditeur) et rédiger le tout pour créer une lecture à deux niveaux, l'un destiné aux enfants avec des rebondissements fréquents afin de maintenir leur attention et leur curiosité et l'autre destiné aux adultes, qui sont capables de lire entre les lignes et de percevoir les événements de l'histoire réelle dans l'anthropomorphisme du conte.

A la parution de ce recueil, Barrio de Tango a publié une série d'articles pour présenter ces différents aspects culturels.

Contes animaliers d argentine 4e couv

Les illustrations sont de Jimena Tello, une artiste argentine qui vit et travaille à Buenos Aires. A travers un graphisme élégant, drôle et plein d'humour, elle a su souligner la manière dont les Argentins se moquent habituellement des puissants et rendre la singularité des paysages d'un pays immense et très varié.


 

Pour aller plus loin

Ecouter l'interview de Denise Anne Clavilier en français sur Radio Nacional Argentina
Télécharger
Fiche contes animal ArgFiche contes animal Arg (209.66 Ko), la fiche descriptive à l'intention des libraires.
 

Ecouter la conférence donnée le 1er décembre 2015



ou consulter les pages Conférences

Comment vous procurer ces ouvrages

Que ce soit l'une ou l'autre maison d'édition, la démarche la plus citoyenne, la plus orientée vers le développement durable, c'est de vous adresser à votre libraire de proximité, chevalier blanc de la culture qui anime nos rues, dans nos villes et nos villages.
Le titre, l'auteur et la maison d'édition ou seuls deux de ces trois éléments lui suffiront pour vous obtenir tous les livres que vous voulez s'il ne les a pas ni en rayon ni en réserve et il n'aura jamais tout chez lui...

Si vivís en la Argentina, mirá abajo por favor


 De plus

Pour les ouvrages parus chez Tarabuste Editions,
vous pouvez contacter l'éditeur, installé au cœur du Berry.
Tarabuste, rue du Fort, 36170 Saint-Paul-du-Sault (France),
mail : taratri@wanadoo.fr.
Tarabuste dispose d'un site de vente sécurisée en ligne :
La Boutique de Tarabuste.
Vous pouvez également lui adresser le bon de commande
(il vous suffit de le télécharger, de l'imprimer et de le renseigner
avant de l'envoyer par courrier avec votre règlement) :
Bon de commande Deux cents ans après, revue Triages, Tarabuste Editions.pdf Bon de commande Deux cents ans après, revue Triages, Tarabuste Editions.pdf


 

Pour les ouvrages parus aux Editions du Jasmin,
en attendant de pouvoir acheter l'ensemble du catalogue en ligne sur le site de l'éditeur.
les ouvrages du catalogue 
référencés sur les sites
de toutes les grandes enseignes francophones de librairie en ligne
Ils sont également sont référencés sur Amazon France
(envoi tous pays, orders from all over the world, envio en todos paises).

Vous pouvez également les commander chez l'éditeur, en utilisant le bon de commande ci-dessous :
Bon de commande Editions du Jasmin, Denise Anne Clavilier.pdf Bon de commande Editions du Jasmin, Denise Anne Clavilier.pdf
(
le bon sera bientôt mis à jour pour inclure San Martín par lui-même et par ses contemporains, qui peut être ajouté à la main au prix de 24,90 €, et Contes animaliers d'Argentine, au prix de 16 €)

Les Editions du Jasmin sont distribuées par Idée Livres.


 

En la Argentina

Todos los libros publicados en Francia se pueden conseguir en la librería francófona de Buenos Aires Las mil y unas hojas según dicen ellos.
En su Web, se puede comprar en linea desde el interior del país. Hay que insistir para que les atiendan.
Si no le correspondan y desgraciadamente es lo que pasa muy seguido, se puede realizar el pedido en Amazon France (hay que hacerlo en francés).

Los libros de Denise Anne Clavilier se encuentran también en varias bibliotecas en Buenos Aires y la Provincia de Mendoza.
Para conocer la lista, hacer click acá.

Date de dernière mise à jour : 13/07/2017